Théâtre asphyxié cherche financement

Partager

Les artistes réclamaient 40 millions. Ils n’en ont obtenu que quatre. «Une insulte», hurlent les gens de théâtre, particulièrement affectés par le financement précaire du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Pourquoi les arts de la scène rugissent-ils si fort? Résumé d’une situation de moins en moins tenable sur les scènes du Québec.

Désirez-vous être averti de nos nouvelles lectures ? Inscrivez-vous ici