Inclusion

Nous sommes convaincus que c’est dans la nature des arts de brandir un miroir critique de la société, et de briser les barrières  entre ses différents groupes. Cependant, notre secteur reflète-t-il fidèlement les communautés dans lesquelles nous vivons ?

Ce débat se penche sur l'urgence d'ouvrir les arts à l'ensemble de la société – à toutes les classes, les ethnicités, les capacités physiques de chacun, et à tous les milieux qui la constituent. 

Share

Towards cultural democracy: promoting cultural capabilities for everyone is the final report of King’s fourth Cultural Enquiry. On the basis of a 15-month research project, it presents a timely and distinctive vision of how to build a cultural life for the UK that is valuable for everyone, and made by all.
My first contact with the concept of cultural appropriation happened in July 2015 because of “Kimono Wednesdays” at the Museum of Fine Arts Boston (MFA). On the occasion of the display of Claude Monet’s “La Japonaise” (a painting of the artist’s wife, surrounded by fans, wearing a blond wig and a bright red kimono), visitors were invited to put on a kimono similar to the one shown on the painting and share their photos on social media.
This speech is a call to broaden our canon and continue making transnational alliances in an effort to make institutions better reflect the differences in society, which will ultimately benefit the cultural (and other professional) sectors.
À l’automne 2017, dans la foulée du mouvement #metoo et des multiples dénonciations de harcèlement qui ont notamment touché les milieux de la culture et des communications, des associations d’artistes et de producteurs ainsi que des regroupements du secteur culturel se sont mobilisés pour faire le point et se doter de mécanismes communs visant à ce que toutes et tous puissent créer et travailler en toute sécurité.
The Code was created in response to the events at the Royal Court Theatre Day of Action 'No grey area' (October 2017), organised by Royal Court director Vicky Featherstone in response to the stories of abuse and misconduct in the performing arts sector unveiled following the Weinstein case and the #metoo campaign.
Cette charte invite à expérimenter des pistes de changement. Petit à petit, nous serons fièr·e·s d’avoir fait évoluer vers plus de mixité et de diversité notre secteur déjà fort de partage et de propositions pour une société plus humaine. La mixité n’est pas à l’œuvre dans nos métiers, les femmes et les hommes restent cantonnés dans des métiers assignés par les stéréotypes liés à leur sexe. C’est à ce titre qu’il est intéressant de nous questionner sur ce que, en tant qu’artistes ou personnes œuvrant dans le domaine culturel, nous proposons comme vision du monde, de la société, de l’humanité...
Cette étude a été réalisée dans le cadre du project européen MAdeleine H/F, porté par Réseau en Scène. Elle présente un état des lieux des questions d'égalité, élargit aux secteurs des arts plastiques et visuels, du livre et de la lecture publique, ainsi qu’à de nouveaux axes de recherche, et à un spectre plus large de structures, dont les associations de taille modeste. Létude est accompagnée par la Charte Madeleine H/F , un outil au service de l'égalité de genre dans les organisations culturelles, ainsi que par la BD Madeleine H/F .
Ana Dinger explores theatre as a “place of listening” through the work of Mónica Calle and Rui Catalão.
This toolkit, developed by the Arts Council of Wales, aims to help theatre companies and venues become more accessible for deaf audiences.
Much has been made about artists gentrifying working-class neighborhoods and neighborhoods of color seemingly just by moving in. Some activists have called this “a new form of colonization.” Writing for CityLab, Peter Moskowitz recently wrote about how this happens and what artists can do about it

Pages

Already a member?

Log in to post your own content or join the discussion.

Or to sign up.